📖 22 mins.

Ledichloroacétate de sodium (communément appelé DCA) est un sel de sodium et d’acide dichloroacétique. La formule du composé est Cl2 CH COONa. La structure de la molécule ressemble à la combinaison du sel de table et du vinaigre.

Dans des conditions normales, la matière se présente sous forme de poudre, de couleur blanche et est soluble dans l’eau.

Le dichloroacétate de sodium n’est pas brevetable et n’a aucune restriction de transport, il peut être vendu librement sans réglementation stricte.

Le composé est normalement synthétisé en laboratoire. Cependant, de petites quantités sont répandues dans l’environnement comme produit secondaire de la chloration de l’eau. Le DCA peut également être présent naturellement dans une variété d’algues rouges, notamment Asparagopsis taxiformis.

En médecine, le dichloroacétate de sodium est utilisé depuis plus de 40 ans pour le traitement des enfants atteints de troubles génétiques mitochondriaux. Sa pharmacologie a été largement étudiée.

Le DCA a fait l’objet de recherches sur des cellules, des animaux, des enfants et des adultes pour diverses affections, en monothérapie ou en association avec d’autres thérapies.

Table des matières

Histoire du DCA

  • 1983 Acidose lactique congénitale
  • 1987 Accident vasculaire cérébral ischémique / crise cardiaque
  • 2007 Cancer
  • 2017 Hypertension artérielle pulmonaire
  • 2018 Syndrome de fatigue chronique
  • 2019 Endométriose

Le dichloroacétate de sodium est une petite molécule fascinante. Les premières contributions à sa recherche ont commencé dans les années 70. Lentement mais sûrement, elle s’est transformée en un exercice de pensée latérale, réunissant des personnes du monde entier. (Réf.)

Des centaines d’études publiées, dont certaines financées par la FDA, ont tenté de révéler si ce médicament pouvait devenir une nouvelle façon de traiter diverses maladies incurables. (Réf.)

D’un autre côté, comme le DCA se trouve fréquemment dans l’eau qui nous entoure, des autorités telles que le gouvernement américain et le gouvernement australien ont financé des scientifiques pour enquêter sur la sécurité de cette substance inconnue. (Réf.)

Peu de temps après, le DCA a reçu beaucoup d’attention en devenant un médicament qui peut aider à gérer une grande variété de maladies. Aujourd’hui encore, il reste le seul médicament disponible pour traiter les enfants atteints d’erreurs héréditaires du métabolisme mitochondrial. (Réf.)

Le DCA a également démontré son efficacité dans le contrôle de conditions telles que le diabète, l’élévation du taux de cholestérol et de triglycérides sériques ainsi que la sclérose latérale amyotrophique (SLA). (Ref.1), (Ref.2), (Ref.3), (Ref.4)

Au cours des dernières décennies, la molécule a trouvé sa place parmi des dizaines d’essais cliniques sur des patients. Les études impliquant le dichloroacétate de sodium affichent un succès dans la gestion de conditions communes, mais difficiles à traiter, y compris l’hypertension artérielle pulmonaire, le syndrome de fatigue chronique, l’endométriose et les malignités. (Ref.1), (Ref.2), (Ref.3), (Ref.4)

De nos jours, le DCA n’est pas seulement fréquemment observé dans les recherches cliniques en cours, le médicament est également utilisé pour traiter les gens dans les cliniques de médecine alternative du monde entier. En outre, le dichloroacétate de sodium est souvent proposé aux patients en tant que médicament non autorisé dans le cadre des soins de santé primaires.

∙ Depuis 1983, le Dichloroacétate est mis en pratique pour traiter les enfants atteints d’acidose lactique congénitale. Le DCA améliore la qualité de vie ainsi que la survie des patients qui souffrent de troubles mitochondriaux dangereux. (Réf.1), (Réf.2)

Le médicament agit en stimulant les enzymes du complexe pyruvate déshydrogénase situées dans nos mitochondries. Lorsque l’oxydation aérobie du glucose et l’oxydation de l’acide lactique sont à nouveau activées, le métabolisme cellulaire normal peut à nouveau avoir lieu.

Les enfants qui utilisent le DCA atteignent des concentrations sériques de lactate plus faibles, et développent donc une acidose métabolique systémique moins sévère. Cela permet à ces jeunes patients de vivre une vie plus saine, surtout en combinaison avec d’autres interventions médicales.

Avant tout, les essais cliniques précédents, qui incluaient le DCA dans le traitement des maladies infantiles, jouent un rôle important dans la détermination des concentrations optimales et sûres à des fins thérapeutiques.

Les effets secondaires et la sécurité à long terme du médicament ont été étudiés de près pendant les longues années de recherche, ce qui a permis une transition rapide vers le traitement d’autres conditions médicales. (Réf.)

∙ Depuis 1987, le DCA fait l’objet de recherches sur la gestion de l’issue des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques ischémiques. Plusieurs mécanismes importants se sont révélés essentiels pour favoriser le rétablissement après ces urgences médicales.

Essentiellement, le dichloroacétate empêche l’accumulation de lactate post-hypoxique dans les tissus endommagés, réduisant ainsi les risques de mauvais résultats. En cas d’infarctus du myocarde, le DCA améliore significativement la fonction du cœur lésé. (Réf.1), (Réf.2)

En 2007, l’effet antitumoral du dichloroacétate de sodium a été découvert. De manière surprenante, cette étonnante percée s’est produite par accident.

L’équipe de recherche, dirigée par le Dr Evangelos Michelakis, examinait le dichloroacétate de sodium comme un nouveau moyen de traiter les troubles cardiaques. Au cours de l’enquête, les scientifiques ont remarqué que les déséquilibres chimiques qui se produisent dans les cellules tumorales et les mitochondries pourraient être une cible potentielle pour soigner les néoplasmes avec le DCA.

Pour tester cette découverte, les chercheurs ont implanté des cellules tumorales du cerveau, du sein et du poumon chez des rats. Une fois le traitement au DCA appliqué, la majorité des cellules cancéreuses sont mortes, certaines des tumeurs ont commencé à rétrécir en quelques heures. L’action du composé n’a pas endommagé les cellules saines et normales.

Il semble que les rongeurs expérimentaux n’aient souffert d’aucun effet secondaire toxique. De plus, la taille des cellules tumorales a considérablement diminué. Le résultat était certainement différent de la chimiothérapie conventionnelle.

Cette découverte a permis de comprendre que les maladies malignes pouvaient être traitées avec succès en rétablissant et en maintenant un métabolisme cellulaire normal dans les cellules cancéreuses. La même année, un article de ces rapports scientifiques est rapidement devenu public. (Liste d’études – DCA pour le cancer)

Cette approche innovante a suscité un énorme intérêt au niveau mondial. Peu de temps après, d’autres expériences in vitro et in vivo ont confirmé les preuves solides de l’activité antitumorale du dichloroacétate de sodium.

Inévitablement, les médecins et les patients sont devenus très impatients de voir si ce médicament repurposé pouvait être utilisé en clinique. Cela a finalement conduit à l’un des premiers essais cliniques du DCA sur l’homme en 2010. Les résultats de cet essai étaient prometteurs, mais sans financement adéquat, il était impossible de poursuivre les recherches. (Réf.)

Malheureusement, étant donné qu’il s’agit d’un médicament bon marché et largement disponible dont le brevet a expiré il y a dix ans, aucune société pharmaceutique n’était intéressée par le financement d’autres études cliniques, car cela n’apporterait aucun profit. Par conséquent, les progrès de la recherche sur le DCA sont restés lents.

Néanmoins, d’autres petits essais cliniques et des cas cliniques publiés ont permis de mieux comprendre comment le DCA pouvait être utilisé pour traiter les maladies malignes.

On sait aujourd’hui que cette substance peut être utilisée comme un outil puissant dans le traitement du cancer. (Réf.)

C’est pourquoi le DCA a été utilisé comme une thérapie alternative pour le traitement du cancer sous la supervision d’un médecin professionnel dans l’une des premières cliniques de DCA au Canada.

Dans les années qui ont suivi, des dizaines de centres médicaux intégratifs innovants en Amérique, en Europe ainsi qu’en Asie ont commencé à montrer la voie en redéfinissant le traitement du cancer avec le dichloroacétate de sodium.

Pour plus d’informations, visitez la page DCA pour le cancer.

En 2017, l’une des premières études cliniques ayant utilisé le DCA pour améliorer la santé des personnes souffrant d’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) a été achevée. (Réf.)

L’HTAP est une maladie évolutive dans laquelle les vaisseaux sanguins se raidissent en raison d’un excès de tissu musculaire dans les parois des artères pulmonaires. Dans ce cas, le sang a plus de mal à atteindre les poumons depuis le cœur où il est oxygéné.

Un groupe de scientifiques canadiens a découvert que ces cellules musculaires altérées présentent des caractéristiques de type tumoral qui peuvent être inversées et traitées avec du dichloroacétate de sodium. Ils ont proposé que le métabolisme joue un rôle essentiel dans le développement de la maladie et ont décidé de tester cette théorie dans des conditions réelles. (Réf.)

Peu après, un essai clinique portant sur 20 participants a révélé que les patients souffrant d’hypertension artérielle pulmonaire génétiquement prédisposés réagissaient au traitement par DCA en présentant une diminution mesurable de leur hypertension pulmonaire. Dans un délai de 1 à 3 mois, les personnes ont constaté une amélioration de leurs symptômes dans la vie quotidienne, associée à une récupération physique notable.

Les résultats positifs ont été observés chez les participants qui ont pris du dichloroacétate de sodium en association avec d’autres traitements de l’HTAP tels que le Sildénafil.

Lire l’article – Comment le DCA peut améliorer les symptômes de l’hypertension artérielle pulmonaire ?

En 2018, un essai pilote mené en Europe, en Belgique, a démontré que le DCA pouvait traiter les symptômes de l’encéphalomyélite myalgique / syndrome de fatigue chronique (EM / SFC).

Plus de la moitié des patients ayant participé à l’étude clinique ont signalé une amélioration positive moyenne de 60 % de leurs scores de fatigue. De nombreux membres de la communauté en ligne ME / CFS ont ensuite réussi à obtenir des résultats comparables en utilisant un protocole DCA similaire. (Réf.1), (Réf.2)

L’énergie de notre corps est principalement générée par les mitochondries, également connues comme les centrales électriques de la cellule. On suppose que les patients atteints d’EM ou de SFC souffrent d’un dysfonctionnement de ces petites structures cellulaires, ce qui entraîne une fatigue extrême.

On sait notamment que le dichloroacétate de sodium restaure l’activité des mitochondries. Cela pourrait expliquer pourquoi le DCA peut entraîner une reconstitution des niveaux d’énergie et une amélioration générale chez les patients atteints d’EM/SFC.

Le protocole original du DCA pour l’EM et le SFC comprend également des compléments alimentaires qui contribuent à la santé des mitochondries.

Apprenez-en davantage sur l’encéphalomyélite myalgique / le syndrome de fatigue chronique et sur la façon dont il peut être traité avec le DCA.

En 2019, un groupe de recherche sur l’endométriose de l’université d’Édimbourg a découvert que la maladie pouvait être gérée avec succès en utilisant le DCA.

L’endométriose est une maladie chronique qui provoque des douleurs débilitantes, des rapports sexuels inconfortables, des règles abondantes et l’infertilité. On estime qu’une femme sur dix, âgée de 18 à 40 ans, souffrira de cette maladie. Malheureusement, il n’existe pas de traitement curatif et, au cours des dernières décennies, aucune avancée majeure n’a été réalisée dans le traitement de la maladie. (Réf.)

Il est intéressant de noter que, par tâtonnement, les scientifiques ont découvert que les cellules endométriales déplacées ont un type métabolique différent de celui des femmes en bonne santé. Des recherches in vitro ont montré que les cellules de l’endométriose produisent des concentrations plus élevées de lactate, qui pourraient peut-être être réduites par le dichloroacétate de sodium.

Cette théorie a rapidement été testée sur des modèles de laboratoire. Grâce aux connaissances nouvellement acquises, les chercheurs ont réussi à obtenir une réduction marquée de la taille des lésions endométriotiques chez les souris en une semaine seulement. (Réf.)

L’étude a convaincu les chercheurs que le DCA pourrait finalement être la clé manquante dans le traitement des symptômes de l’endométriose. En peu de temps, un essai clinique exploratoire a eu lieu en Ecosse. Trente femmes présentant une endométriose superficielle confirmée par laparoscopie ont reçu une dose moyenne de DCA par jour pendant 12 semaines.

L’essai clinique s’est soldé par un succès : certaines des femmes ont enfin pu commencer à vivre leur vie sans se sentir prisonnières de leur diagnostic. Après ces résultats passionnants, une autre étude clinique de plus grande envergure pourrait voir le jour. (Réf.)

Dans un avenir proche, le DCA pourrait devenir le premier traitement non hormonal qui traite la cause de cette maladie débilitante.

Lisez la section DCA pour l’endométriose pour obtenir les dernières mises à jour et les détails sur le traitement des conditions endométriotiques.

Comment fonctionne le DCA ?

Le DCA fait l’objet de recherches et est utilisé chez les patients depuis plus de 40 ans. Au cours de cette période, les caractéristiques les plus importantes de son mécanisme d’action ont été bien observées. (Réf.)

Néanmoins, la simple question de savoir comment le dichloroacétate de sodium fait son travail peut laisser la majorité des gens perplexes. Pour le dire en termes simples, le DCA peut aider à rétablir les anomalies de notre métabolisme à la normale. (Réf.)

Le terme « métabolisme » peut être défini comme la somme de tous les processus chimiques au sein d’un organisme vivant qui nous maintiennent en vie. Notre métabolisme détermine quelles substances sont utiles et nutritives. Il détermine également quelles substances sont toxiques et doivent être éliminées.

Certaines maladies ont tendance à modifier le fonctionnement habituel de notre métabolisme. Ces changements conduisent à la progression de certaines maladies, comme dans le cas de l’acidose lactique congénitale, de l’hypertension artérielle pulmonaire et de l’endométriose. (Réf.1), (Réf.2), (Réf.3)

De même, un métabolisme anormal offre des avantages uniques aux cellules tumorales. Non seulement le déséquilibre du microenvironnement cellulaire potentialise la croissance et les métastases, mais il aide également les tumeurs à éviter le système immunitaire ainsi que la mort cellulaire « programmée » naturelle (apoptose). Ces deux éléments nous protègent contre le développement de maladies malignes en premier lieu. (Réf.)

En règle générale, le métabolisme se produit dans les cellules, les plus petites unités de notre corps. La cellule contient de minuscules structures importantes appelées mitochondries, souvent qualifiées de centrales cellulaires. Pourquoi méritent-elles ce nom ?

Environ la moitié de notre apport calorique quotidien passe par les mitochondries, où il est converti en environ 90 % de l’énergie chimique que nous utilisons pour nos fonctions quotidiennes. Ces structures détoxifient également les toxines qui ont tendance à s’accumuler dans notre corps.

Tout aussi important, les mitochondries signalent aux vieilles cellules usées qu’il est temps de partir. De cette façon, le corps se protège des cellules défectueuses et malignes. On peut donc supposer que les mitochondries jouent un rôle essentiel dans notre métabolisme et notre santé. (Réf.1), (Réf.2)

Mais que se passe-t-il lorsque ces minuscules structures ne fonctionnent pas aussi bien qu’elles le devraient ? L’harmonie de notre biochimie est alors perturbée, ce qui peut avoir des conséquences cliniques néfastes.

Par exemple, nous tirons moins d’énergie des nutriments que nous obtenons avec la nourriture, nous produisons plus de déchets, ce qui entraîne une augmentation de l’acidité extracellulaire, qui à son tour aggrave les symptômes.

Non seulement nous ressentons une fatigue extrême ou des douleurs, mais nos mécanismes de protection naturels sont également supprimés. Et ce, pour ne citer que quelques exemples.

Où le dichloroacétate de sodium entre-t-il en jeu ? Le DCA a un effet réparateur sur les mitochondries bloquées et en mauvais état de fonctionnement. Une fois que le DCA est administré par voie orale ou par injection, il stimule les enzymes du complexe pyruvate déshydrogénase (PDC) en inhibant la pyruvate déshydrogénase kinase (PDK) dans les 15 à 30 minutes qui suivent une dose unique. (Réf.)

La PDK est souvent surexprimée dans le cas de tumeurs, d’hypertension artérielle pulmonaire, de syndrome de fatigue chronique/encéphalopathie myalgique et d’endométriose. L’activité accrue de la PDK bloque la PDC, ce qui entraîne une défaillance et un dysfonctionnement de l’énergie mitochondriale. (Ref.1), (Ref.2), (Ref.3), (Ref.4)

En supprimant la PDK, le dichloroacétate de sodium rétablit la fonction des mitochondries. Par la suite, la respiration cellulaire normale et la production d’énergie reprennent. Les effets thérapeutiques se prolongent pendant 12-24h après la prise de DCA. Si le médicament est pris régulièrement, il entraîne la résolution des symptômes ainsi que la régression de la maladie. (Réf.)

En approfondissant le sujet, nous nous rendons compte qu’il s’agit d’un sujet complexe car il aide chaque maladie de manière différente. Pour en savoir plus sur la maladie qui vous intéresse le plus, veuillez consulter les articles détaillés :

  • DCA pour le cancer
  • DCA pour l’hypertension artérielle pulmonaire
  • DCA pour le syndrome de fatigue chronique
  • DCA pour l’endométriose

Dosage du dichloroacétate de sodium

  • Administration orale
  • Administration intraveineuse

Il y a deux façons principales de prendre le DCA – on peut le prendre par voie orale ou par voie intraveineuse.

Les principaux avantages de la voie orale par rapport à la voie intraveineuse sont les suivants : un coût moindre du médicament, la commodité et l’absence de nécessité d’un professionnel de la santé ou d’un équipement spécial pour administrer le dichloroacétate de sodium par voie intraveineuse.

D’un autre côté, le DCA par voie intraveineuse présente ses propres avantages – un risque réduit d’effets indésirables, un effet thérapeutique plus fort et il ne doit être administré que deux fois par semaine.

Administration par voie orale

Le moyen le plus rapide de connaître la dose quotidienne précise de dichloroacétate de sodium pour une affection spécifique est d’utiliser la nouvelle calculatrice DCAGuide.org améliorée et mise à jour régulièrement.

La dose est calculée sur la base d’une formule mathématique simple.

A kg x B mg/kg = C mg

(Poids corporel x Dosage = Dose quotidienne de DCA)

A – Poids corporel du patient. Entrez la valeur sans l’excès de poids corporel. Si possible, utilisez le poids corporel idéal ajusté en fonction du sexe, de l’âge et de la taille. Pour connaître votre poids corporel idéal ajusté, consultez ce sitelien.

B – Dosage du DCA . La dose ordinaire de DCA est de 15 mg/kg, la dose efficace la plus faible de DCA est de 6,25 mg/kg, une dose élevée de DCA est de 25-50 mg/kg par jour.

C – Dose quotidienne de DCA. Le médicament doit être pris deux fois par jour, une moitié au petit déjeuner et l’autre moitié au dîner. Selon le régime, des pauses de dichloroacétate de sodium doivent être prises le week-end ou toutes les trois semaines.

Schéma posologique pour le cancer et l’hypertension artérielle pulmonaire.

Pour obtenir les meilleurs résultats dans le traitement des tumeurs et de l’hypertension artérielle pulmonaire, utilisez le schéma de quatorze jours ON, sept jours OFF. Puis répétez.

De cette façon, le meilleur effet thérapeutique est obtenu. De plus, un délai adéquat est accordé à la personne pour éliminer l’excès de DCA de son corps avant un prochain cycle afin de minimiser le risque d’effets secondaires. (Réf.)

Schéma posologique dusyndrome de fatiguechronique/encéphalomyélitemyalgiqueet de l’endométriose.

Pour obtenir les meilleurs résultats avec le SFC/ME et l’endométriose, le schéma de cinq jours ON, deux jours OFF pourrait être le meilleur. Le cycle doit être répété chaque semaine.

Pour traiter les symptômes de ces affections, il est préférable d’avoir un apport en DCA plus constant, sans grandes pauses. L’alternance de cycles d’une semaine semble être le meilleur choix. Le dichloroacétate de sodium doit être pris du lundi au vendredi, et une pause doit être faite le samedi et le dimanche.

Administration par voie intraveineuse

En général, les patients doivent être traités en commençant par une dose plus faible – 20 mg/kg deux fois par semaine (lundi et jeudi).

Si le traitement est bien toléré et qu’aucun effet indésirable n’est observé après les deux premières perfusions, on peut commencer à augmenter la dose de 10 mg/kg chaque semaine.

Par exemple, on peut augmenter la dose jusqu’à 30 mg/kg la deuxième semaine, jusqu’à 40 mg/kg la troisième semaine, jusqu’à 50 mg/kg la quatrième semaine et ainsi de suite. Si aucun effet secondaire grave n’est constaté, la dose de dichloroacétate de sodium intraveineux peut être augmentée lentement jusqu’à 80 mg/kg.

La posologie optimale est obtenue dans une fourchette de 50 mg/kg à 80 mg/kg. La dose la plus favorable est celle qui procure les meilleurs bénéfices tout en ne provoquant pas d’effets indésirables importants. Ceci est différent pour chaque personne et chaque cas doit être évalué individuellement.

Le DCA doit être injecté dans une poche de 500 ml de NaCl 0,9 % ou de Ringer lacté et administré par voie intraveineuse sur une période de 45 à 60 minutes à un débit d’environ 8-9 ml/min.

La solution de Ringer lactate est préférée à la solution saline dans la mesure du possible.

Si possible, après l’administration de la dose de DCA par voie intraveineuse, il convient d’administrer des perfusions d’acide alpha-lipoïque 600 mg et de vitamine B1 100 mg par voie intraveineuse.

Après les perfusions, le patient doit continuer à prendre des suppléments oraux d’acide alpha-lipoïque et de vitamine B1 quotidiennement, comme d’habitude et sans interruption, afin de prévenir les effets secondaires.

Principes généraux de l’administration du dichloroacétate de sodium par voie orale et intraveineuse

– Il faut toujours commencer par une dose plus faible. Une fois le premier cycle de DCA terminé (par exemple, une semaine ou trois semaines) et lorsque vous êtes sûr que le DCA est bien toléré, la dose peut être augmentée jusqu’au niveau souhaité.

Les suppléments de vitamine B1 et d’acide alpha-lipoïque sont nécessaires lors de la prise de DCA. Ils diminuent la probabilité des effets secondaires et leur intensité. Lorsque le DCA est utilisé de manière responsable et conformément aux recommandations, l’expérience entière sera très probablement sûre et saine. Une fois que vous aurez trouvé la concentration idéale de DCA qui vous convient, vous pourrez par la suite essayer d’utiliser des doses plus élevées, éviter des désagréments inutiles et obtenir de meilleurs résultats.

Pour plus d’informations, consultez la page sur le dosage et l’utilisation du DCA.

Sécurité et prévention des effets secondaires du DCA

Le dichloroacétate de sodium est considéré comme un traitement assez sûr. Il n’y a pas eu de cas enregistré où le DCA a été une cause de décès. Si l’on suit les recommandations, il peut être utilisé à plusieurs reprises sans problème. Certains patients atteints d’acidose lactique congénitale ont reçu un traitement au DCA de manière continue pendant plus de 10 ans. (Réf.)

D’autre part, le DCA peut provoquer des effets secondaires légers ou modérés. Les facteurs qui déterminent le risque sont l’âge, la génétique, la puissance de la dose, le calendrier d’administration et l’utilisation ou non de compléments alimentaires protecteurs avec le protocole DCA. (Réf.)

Le côté positif est que si une personne éprouve des effets secondaires, ils sont temporaires et disparaissent après l’arrêt de l’administration du DCA.

Les effets secondaires du DCA peuvent être regroupés en deux catégories.

– Neurologiques.

1) Neuropathie périphérique. Elle se manifeste généralement par une sensation de picotements (« fourmillements ») dans la langue, les mains ou les pieds. Si elle est ignorée et non traitée, la neuropathie peut évoluer vers une sensation d’engourdissement ou de faiblesse dans les mains ou les pieds. Cela prend normalement des mois pour se développer. Cet effet secondaire est réversible et disparaît généralement en quelques semaines ou mois après l’arrêt du DCA. Une supplémentation en vitamine B1, en acide alpha-lipoïque et en d’autres compléments alimentaires naturels peut prévenir/réduire le risque d’apparition. Le fait de souffrir de neuropathie suite à des traitements de chimiothérapie antérieurs, de diabète, d’alcoolisme, d’infections ou de maladies auto-immunes peut parfois augmenter le risque de développer une neuropathie périphérique due au DCA. (Réf.)

2) Somnolence, brouillard mental, confusion ou changements d’humeur. Ces effets secondaires peuvent apparaître temporairement après l’administration de DCA et disparaissent généralement en quelques heures. La prise de médicaments affectant le système nerveux central tels que le tétrahydrocannabinol, les benzodiazépines, les opioïdes, les antipsychotiques ou d’autres médicaments similaires peut augmenter le risque, en particulier si les effets indésirables des médicaments précédents sont déjà présents. De fortes doses de DCA intraveineux peuvent parfois provoquer une légère sédation post-infusion. Une supplémentation supplémentaire en vitamine B1, en acide alpha-lipoïque et autres compléments alimentaires naturels peut prévenir/réduire le risque d’apparition.

– Gastro-intestinal et hépatique.

1) Brûlures d’estomac et nausées. Ces effets secondaires sont temporaires, peu fréquents et apparaissent généralement à la suite d’une irritation directe de la muqueuse du tractus gastro-intestinal supérieur par le dichloroacétate de sodium en poudre ou en solution. Cependant, ils peuvent être ressentis lors de la prise de capsules de DCA. Si vous ressentez une gêne gastrique après l’ingestion de DCA, une solution rapide serait de prendre des inhibiteurs de la pompe à protons tels que l’Oméprazole, l’Esoméprazole ou le Pantoprazole pour régler le problème. Cet effet secondaire est plus susceptible de se produire chez les personnes ayant des antécédents de problèmes d’estomac ou de digestion.

2) Légère élévation asymptomatique des enzymes hépatiques. Un effet secondaire rare de l’administration de DCA à long terme. Les analyses de sang du patient peuvent montrer l’augmentation des taux d’AST et d’ALT. Cependant, l’augmentation est généralement légère et l’élévation peut être ramenée aux niveaux de base avec un arrêt temporaire du DCA ou en utilisant des suppléments naturels pour la santé du foie tels que le chardon marie ou les phospholipides essentiels.

Si vous souhaitez en savoir plus, lisez l’article complet sur la sécurité et les effets secondaires du DCA.

Utilisation sans danger

Pour prévenir/réduire le risque d’effets secondaires neurologiques du dichloroacétate de sodium, la chose la plus importante que l’on puisse faire est de prendre des compléments de protection. Ces suppléments sont également utilisés dans les hôpitaux ainsi que dans les cliniques naturopathiques pour traiter la toxicité neurologique (par exemple, la neuropathie diabétique ou alcoolique).

Vitamine B1 – thiamine ou benfotiamine. (Nécessaire) (deux fois par jour, avec/après le petit-déjeuner et le déjeuner)

Cette vitamine est le principal composant neuroprotecteur du protocole DCA. Le métabolisme de grandes quantités de dichloroacétate de sodium pendant une période prolongée peut générer des composés excessifs et un stress oxydatif qui peuvent nuire aux cellules soutenant nos nerfs périphériques. (Réf.)

Pour éviter cela, une supplémentation en vitamine B1 est cruciale. On suppose que la thiamine ou la benfotiamine aident à contrôler le stress induit par le DCA sur les nerfs périphériques de la même manière que pour d’autres effets neuropathiques métaboliques. (Réf.)

La thiamine est la forme la plus populaire et la moins chère de supplémentation en vitamine B1. Cependant, la benfotiamine, une version liposoluble de la thiamine, atteint la cible plus efficacement, a donc un meilleur effet neuroprotecteur et nécessite des quantités plus faibles pour obtenir le même résultat. (Réf.1), (Réf.2)

Les suppléments de vitamine B1 aident également à prévenir d’autres effets secondaires neurologiques associés à l’utilisation prolongée de DCA.

Acide alpha lipoïque. (Nécessaire) (trois fois par jour, avec/après le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner)

l’acide α-lipoïque (ALA) est un antioxydant présent dans chaque cellule, il est également synthétisé dans notre corps. Ce composé est utilisé pour prévenir et réduire les effets de la neuropathie diabétique. (Réf.)

Comme l’ALA est un antioxydant puissant, il sert de composé qui protège les tissus neuronaux contre le stress oxydatif excessif généré par le dichloroacétate de sodium. (Réf.)

Cela signifie également que l’ALA ne doit pas être utilisé 2 jours avant et 7 jours après une chimiothérapie pour éviter de diminuer les effets des médicaments.

La prise d’ALA est également déconseillée 2 jours avant et 14 jours après une radiothérapie.

Acétyl-L-carnitine. (Recommandé) (trois fois par jour, avec/après le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner)

L’acétyl-L-carnitine (ALC) favorise la croissance et la régénération des tissus nerveux périphériques. Par conséquent, la supplémentation en ALC semble être une option raisonnable pour toute personne utilisant le protocole DCA. (Réf.)

Il n’y a pas d’interactions négatives entre le dichloroacétate de sodium et les autres thérapies conventionnelles, ce qui en fait une option complémentaire souhaitable aux traitements comme la vitamine B1 et l’ALA. Cependant, l’ALC peut intensifier les effets de la Warfarin, un anticoagulant.

Pour en savoir plus sur la manière correcte de vivre une expérience sûre, consultez l’article complet sur la prévention des effets secondaires du DCA.

dca sodium dichloroacetate dca sodium dichloroacetate
dcaguide.org sodium dichloroacetate dcaguide.org sodium dichloroacetate
dichloroacetate sodium salt molecular pubchem dichloroacetate sodium salt molecular pubchem
dichloroacetic acid pyruvate dehydrogenase dichloroacetic acid pyruvate dehydrogenase
drug wiki supplement how to use instructions drug wiki supplement how to use instructions
pure dca sodium dichloroacetate sds pure dca sodium dichloroacetate sds
pure dca sodium salt pure dca sodium salt
sigma solubility and synthesis sigma solubility and synthesis
sodium dichloroacetate metabolism msds sodium dichloroacetate metabolism msds
sodium dichloroacetate pyruvate dca sodium dichloroacetate pyruvate dca
sodium dichloroacetate side effects sodium dichloroacetate side effects
sodium salt of dichloroacetate sodium salt of dichloroacetate
what is dichloroacetate used for what is dichloroacetate used for
what is sodium dichloroacetate what is sodium dichloroacetate
wiki uses how to make dca guide wiki uses how to make dca guide

Laisser un commentaire