Tatsuaki Ishiguro 1, Ryumei Ishiguro, Miyu Ishiguro, Sayuri Iwai

1KamuiMedical CO., Ltd., Tokyo, Japon. [email protected]

Correspondance :

Reçue :
Accepté :
Publié:

Résumé

Contexte/objectifs : L’oméprazole (OPZ) et le tamoxifène (TAM) renforcent les effets des médicaments anticancéreux et le dichloroacétate (DCA) inhibe la croissance tumorale. Cette étude évalue les effets synergiques de ces médicaments.

Méthodologie : les cellules de fibrosarcome humain HT1080 et les fibroblastes humains WI-38 ont été utilisés comme cellules de test et de contrôle, respectivement. Le DCA, l’OPZ et le TAM, seuls ou en combinaison, ont été appliqués et les cellules ont été comptées après une semaine de culture. L’association de ces médicaments a été prescrite à un patient atteint de cholangiocarcinome et le sérum CA19-9 a été contrôlé.

Résultats : Le DCA combiné à l’OPZ et au TAM a présenté une activité antitumorale plus puissante que le DCA seul dans les cellules de fibrosarcome HT1080, mais n’a pas influencé la prolifération des fibroblastes humains WI-38. Tous ces médicaments induisent une inhibition de la croissance cellulaire dépendante de la caspase par la production de superoxyde. Comme ils peuvent être pris par voie orale et qu’ils ont été utilisés en clinique sans effets secondaires majeurs, on a pensé que cette thérapie combinée serait une stratégie facilement transposable pour traiter les tumeurs malignes. Avec le consentement du patient, ces trois médicaments ont été prescrits à une femme de 51 ans atteinte d’un cholangiocarcinome pour lequel ni la gemcitabine+S-1 ni l’immunothérapie adoptive avec des cellules tueuses naturelles n’étaient efficaces. La progression de la maladie a été bloquée avec succès (augmentation de la valeur du CA19-9 sérique) pendant trois mois, ce qui a également été confirmé par CT.

Conclusions : Bien que les résultats soient préliminaires, cette étude est un exemple de recherche translationnelle. Comme il n’y a pas de consensus concernant la stratégie de traitement du cholangiocarcinome et que la chimiothérapie n’a qu’une efficacité limitée, cette étude devrait ouvrir une nouvelle possibilité de traitement.


Mots clés :

©


INTRODUCTION

Cancérologie mammaire

RÉFÉRENCES


1 Monde ]

Laisser un commentaire